Textes

Sortir des salles closes, des lieux privés. Ecrire à l’air libre. La rue est notre page blanche. Comme les enfants, nous aimons jouer dans la rue. Dehors nous manifestons nos révoltes, nos colères et nos joies. Je dis la rue mais c’est aussi la place, le carrefour, le parking, la ruelle, le ruisseau, le fleuve, le pré, la friche, la plage, la forêt, la clairière…  Partout où dehors c’est chez nous.

J’aime cette tension de la représentation dans l’espace public. J’aime le texte porté à voix nue.  Quand j’écris, je pense à toi, je te parle. M’écouteras-tu ?  Je ne sais pas, je griffonne, j’imagine des espaces, des températures, de la lumière et de l’ombre, des paysages, des saisissements. Je cherche dedans, dehors, dans les livres, la vie, je te cherche et des fois nous nous trouvons. 

J’écris des mots libres. Libres d’être oubliés, perdus ou gardés au chaud, près du cœur. Je t’écris et déjà, je ne suis plus seule. Plus tard, quand le silence revient, quand la nuit tombe, les mots dits résonnent et mon regard garde trace de ce qui s’est passé là. C’est la queue de la comète. Ça brille encore alors que c’est déjà parti au loin.

Françoise Guillaumond

JE CHERCHE UN HOMME

Vous les grands, les nantis, les assis, les pieux, les belliqueux : Otez-vous donc de notre soleil !
« Je » s’adresse à la face du monde. Icelle qui silence depuis l’infini du temps. Quand l’homme productionne et poisonne le monde. Quand l’homme destructe les océans et surface deux fois 3,43 millions de km² de poches plastique l’Atlantique et le Pacifique, avec les 10 km de traverse de haut à bas…

POULETTE CREVETTE

Touk touk touk kakouk
Cap la crête
ècontour la galipe
èlouvri los frats
èdescend lacaliramarche tibec lonlonloin
avri avroum
carpette los petons
touk touk
gapette

10.000 PAS SANS AMOUR

Nous avons vu les fleuves ossuaires, les bêtes sourdes qui meuglaient contre la cécité des hommes. Mais que défendions-nous au juste ? quelles étaient nos conquêtes ? des sirènes d’usines ? des comptes en banque bien garnis ? des empoisonneurs du monde ? des prophètes assoiffés de sang ? Nous avons fait ce que nous avons pu. Ce qu’ils nous ont ordonné de faire, comme de braves petits soldats que nous sommes…

LE CIMETIÈRE ITINÉRANT DE CANAPÉS

Tout d’abord je veux rendre hommage à cette femme sans qui tout ceci n’aurait jamais eu lieu. Elle se nomme Héléna Sofa. Elle est née à Colomiers tout près de Toulouse. Elle a grandi dans une toute petite maison où trônait au milieu d’une toute petite pièce un énorme canapé. On raconte que ce canapé fut sa première vraie maison. Elle y dormait, elle y mangeait, elle se réfugiait dans le coffre situé sous l’assise…

OÙ VONT LES SENTIMENTS QUAND ILS DISPARAISSENT ?

Dites un prix pour l’amour de votre vie ? Son odeur, dans le creux du cou derrière l’oreille, ses yeux qui s’entrouvrent le matin au réveil. Ta tête sur sa poitrine, t’entends son cœur qui bat même si tu ne connais rien de sa mécanique interne. T’es tellement bien que t’oublies que ça pourrait s’arrêter. Mais dans le fond tu le sais. Ça va arriver. Ça arrive. Tu te réveilles un matin…

Tous les textes ci-dessus sont soumis aux droits d’auteur et déclarés à la SACD.

La baleine-cargo

Compagnie La baleine-cargo

Création théâtrale
Arts De La Rue

12 Rue Alphonse Baudin
17000 La Rochelle
contact@labaleinecargo.com
05 46 01 60 55
06 34 10 28 68

Mentions légales

Politique de confidentialité

La baleine-cargo est conventionnée par la Région Nouvelle-Aquitaine et par le Conseil Départemental de Charente-Maritime. Elle est soutenue par la Ville de La Rochelle.

 Association loi 1901

Président Jean-François Zimmer
Trésorière Nathalie Brémaud
Code APE 9001Z
N°SIREN 498 227 859
licence n°2 - 1008237

 

Inscription à notre Newsletter